Qui êtes-vous ?

Ma photo
Né il y a quelques années, no 2 n'a pas dormi pendant 19 mois, se réveillant chaque nuit. Ceci coïncida avec mes trajets à Zürich (réveil à 4h15). Un collègue a noté ma tronche de déterré. La première chronique était née.

lundi 13 mars 2017

84 - Vive numéro 6 !!!


Amis de l’hôpital et de l’accouchement, bonsoir !

Une autre ! Une autre ! Une autre !

A la demande générale d’un fan qui n’a pas pu venir, et pour aider les futurs pères ou futurs maris en détresse, une autre ! Bon, d’accord… Mais cette fois je vais faire une chronique différente… Uniquement pour les futurs pères ou futurs maris… Sans misogynie déplacée, cela va de soi !

Suite à la naissance de numéro 5 et malgré un talent infini, Le Père ne pourra probablement pas égaler sa chronique de janvier 2015… Il est des horizons indépassables, des océans imbuvables et des chroniques historiques inégalables… C’est la raison pour laquelle, je vais te parler d’animaux, plutôt que d’essayer de te divertir avec la grossesse de Madame et de faire mieux que ce que je fis il y a moins de 2 ans…

Ami lecteur, ou poète de tout poil, la nature est normalement bien foutue, bien que je n’y sois pour rien… Le requin blanc inspire une légère crainte au baigneur où qu’il soit dès lors qu’il n’a pas pied et ne voit pas le fond, on se méfie d’un cobra royal ou d’un tigre et les dendrobates revêtent une couleur vive pour que les autres bestioles se méfient de leur poison…

Mais il arrive que mère nature se plante gigantesquement à l’occasion… A se demander s’il y a vraiment un grand ingénieur qui surveille tout là-haut… Ou s’il est vraiment bien intentionné à notre égard… L’hippopotame semble par exemple sympa, mais cette bonhomie engendre chaque année des accidents et décès par manque de méfiance envers cet animal pas si cool et débonnaire qu’il n’y paraît.

Dans son infinie mansuétude, la nature a voulu te prévenir, futur père idéaliste, jovial et insouciant, et éviter que tu ne fasses trop d’enfants ! Normalement, 9 mois de grossesse et un accouchement sont sensés te décourager de toucher une femme pour les 98 années suivantes… Le cas échéant, le contact avec un enfant de plus de 2 ans devrait aussi agir efficacement comme contraceptif efficace à 99%, dans le cas peu probable où tu pourrais assez dormir pour encore avoir un reste de libido… Nous mettons d’ailleurs à disposition 5 enfants à titre contraceptif, pour une somme modique, pour une journée ou tout un weekend… Il est garanti que Madame ne voudra plus de punk, mais risque aussi ne plus vouloir que tu la touches avant sa ménopause… On ne peut pas toujours tout avoir non plus !?

Ok, comme tout père, Le Père a dû signer un protocole fantôme l’obligeant à ne pas divulguer ce qu’il a vécu, enfin subi, pendant cette période jusqu’au lendemain de l’accouchement… Pour toi, lecteur privilégié, Le Père est prêt à tous les sacrifices et va braver l’interdit…

Ta femme est enceinte… Je t’expliquerais volontiers comment c’est arrivé mais, même pour les plus niais ou encore naïfs (sans télé, téléphone, internet ou copains… il doit rester 1-2 Amish qui ne savent pas encore comment on fait, mais ça restreint la base de lecteurs…), internet regorge d’explications, plus ou moins pornographiques, et si tu n’as pas encore acquis les connaissances de base à ton âge, je pense qu’une conversation avec ton paternel s’impose de toute urgence…


Donc, ta femme est enceinte, disais-je… Pour revenir à la nature, elle ressemble plus à l’hippopotame qu’au requin… Non, pas à cause du bide, père déconcentré, folâtre et téméraire, (tu sais bien que Le Père ne se permettrait jamais de tels propos !) mais à cause de l’aspect inoffensif, rond et maternel qui ne peut te laisser présumer de sa dangerosité… Sans parler de l’humeur et des réactions épidermiques gérées par des hormones libérées par tonne… Tel le 28 tonnes fou piloté par un jeune alcoolique sous speed !

La gestion émotionnelle de la femme enceinte ressemble, en fait, à celle des punks : elle peut à tout moment se mettre à pleurer ou t’arracher la tête pour une raison incongrue, sans signe préalable de danger…

Si tu es doué pour les relations humaines et extrêmement zen tel le bonze orange de ZZZZ, tu pourras peut-être survivre à une ou deux grossesses (si la nature a malheureusement échoué à te dégoûter de faire plus d’un bébé)… Mais invariablement, à la fin, on arrive au moment fatidique, à l’instant dit magique : l’accouchement…

Là, je veux bien qu’il y ait propagande, mais je pense sérieusement que la personne qui a réussi à faire gober à toute une génération qu’un accouchement est magique est le mec en charge de la propagande de Kim Jong Un, le genre de gars qui parvient à convaincre des millions de personnes qu’elles sont libres et heureuses, bien qu’elles meurent de faim et risquent de finir dans un camp pour un oui ou pour un non, pendant que Kim vit peinard dans un palais à entretenir sa coupe de cheveux pourrie et ourdir des complots contre les éventuels membres de sa famille encore bêtement en vie malgré ses nombreuses tentatives…

La gynéco a décidé qu’il n’y avait plus assez de liquide et qu’il va falloir provoquer… Petit guide de survie pour le jeune futur père qui, bien que marié, manque d’expérience et de subtilité dans les relations conjugales… Premièrement : si on te dit : Madame manque de liquide, c’est préoccupant, tu hoches simplement la tête d’un air grave sans rien dire et compatis dignement… Evite de parler de payer par carte (à la place du liquide – hors sujet) ou de conseiller d’aller refaire les niveaux au garage (dangereux et tes compétences mécaniques bien que fortes utiles pourraient t’attirer des ennuis !). Tu prends note et laisse Madame gérer, tu la consoles si elle pleure et c’est tout !

Pourquoi elle pleurerait ? Ben, elle est enceinte, non ?! Donc il n’y a pas vraiment besoin qu’il y ait une raison, si ?! Elle peut pleurer parce qu’elle est inquiète, que l’accouchement devient plus concret avec cette nouvelle, ou approche, ou ne sera pas à la date espérée, ou parce qu’elle est heureuse, ou pas, … enfin tu saisis le concept…

Une nouvelle fois, Madame boitant dans la maison (non, lecteur peu assidu, je n’ai pas tapé dessus – ça ne se fait pas pendant la grossesse !? – elle est montée sur une chaise Ikea et s’est éclaté la cheville quand la chaise a basculé lâchement) pour chercher sa valise, La Blonde au rapport a pris ses quartiers dans notre manoir et est prête à rester pour quelque temps pour surveiller la punkaille si besoin : le départ est proche !

C’est tout naturellement à ce moment que, comme tout bon mari bien préparé et coutumier de la chose (on en est quand-même à numéro 6, ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une nouveauté ou d’un plongeon dans l’inconnu !), je commence à préparer mon sac de survie : coca, lecture pour quinze jours, bonbons et batterie externe pour mon téléphone…

Le Père est prêt en moins d’une demi-heure, preuve d’une sagacité à toute épreuve, et descend sous le regard noir de Madame… (Une nouvelle fois, futur père, n’essaie pas l’humour avec Madame à l’approche du terme, c’est un coup à être blessé…) Pour lui dire, en toute mauvaise foi : « bon, ça va, t’es prête ? ». Ok, cette approche n’est envisageable que si Madame a un certain humour (peu probable, je te rappelle, futur père encore bien naïf, que les femmes n’ont pas d’humour, surtout lorsque le terme de la grossesse approche…), ne peut pas te poursuivre ou te jeter d’objet contondant (donc avec un fort handicap… La grossesse ne la freinant pas totalement, nous recommandons la prudence la plus rigoureuse) ou si tu es marié depuis vraiment très longtemps et que le divorce est quasiment impossible, du fait du nombre de punks que tu as… En même temps, à part tous les papiers pour elle et pour junior (cartes d’identité des autres punks, livret de famille, attestation d’assurance,…), et ses affaires pour 2-3 jours, elle n’a pas grand-chose à prendre, normal que sa valise soit déjà prête…

Or, nous partons ! Bisous aux punks, promesse de repasser les coucher une fois que Madame est installée et départ pour un nouvel hôpital… Encore ? Eh bien oui… La gynéco de Madame doit vraiment avoir mauvais caractère pour qu’elle ne puisse plus travailler dans les hôpitaux précédents… A moins que ce soit à la suite de plaintes de clientes décédées ou d’accouchements ratés… Le Père est méfiant et a soudain des gros doutes quant aux probabilités de survie de Madame, mais les garde prudemment pour lui pour ne pas l’effrayer ! Nous avions fait, enfin Madame pour être totalement précis (j’ai déjà tout fait avant, elle peut bien faire la grossesse et l’accouchement !), les 4 premiers punks à Morges et numéro 5 à Nyon. Pour numéro 6 Madame a le choix entre la clinique Cécile et l’hôpital de la Tour… Donc Lausanne ou Genève, junior va déjà débuter sa vie avec cette tache indélébile : il sera né Genevois ! Bon, malgré cela et que ce soit le sixième, on essaiera de l’aimer, si c’est vraiment nécessaire !

Comme c’est Genève et que nous sommes vendredi… Oui, Madame avait neuf mois de grossesse, il fallait que l’accouchement soit prévu un vendredi soir, de l’autre côté de Genève… Au début des vacances des Vaudois ! Ca te montre bien que, une fois de plus, elle fait tout pour te mettre de bonne humeur ! Je n’invente rien, là !? Toujours dans un souci de survie, bassement, je ne dis rien…

Donc, comme c’est à Genève, nous avons prévu une heure pour nous rendre à la mat… Et à mon immense surprise, nous mettons un peu moins longtemps. Compte-tenu de l’heure, le point positif est que le parking, habituellement blindé, est désert ! Nous nous annonçons poliment et Madame se voit indiquer sa chambre. A peine installée, elle est prise en charge par une sage-femme qui l’emmène en salle d’accouchement pour un examen…

Là aussi, sans vouloir critiquer ou faire la langue de p… On parle de sage-femme… Je suis fan d’oxymore, mais je trouve le jeu de mot un peu facile et ne vais pas m’appesantir indûment… Mais je trouve drôle que les mêmes féministes qui se battent pour qu’on dise une auteure ou auteuse, je ne sais plus bien, ne se battent pas pour qu’un sage-femme homme soit appelé un sage-homme… C’est marrant comme l’égalité unilatérale ne dérange pas trop les activistes… Il serait intéressant que j’aille en débattre avec des féministes lors d’une manifestation…

La croyant en de sages mains, enfin de bonnes mains, je repars pour le Punkoir (manoir des punks ou, pragmatiquement, foutoir à punks) pour coucher ceux qui doivent encore l’être et rassurer tout le monde… Dans ce sens, il me faut 23 minutes pour rentrer, presque sans excès de vitesse, plus facile et surtout agréable ! La Blonde a très bien géré les punks qui sont habitués à elle et semblent presque obéir. Je rassure les plus sensibles, recouche 6 fois numéro 5, couche les deux grands et mange un bout : la nuit ou la journée suivante sera longue !

Retour à la mat, Madame est en chambre, numéro 6 n’a pas l’air de se laisser provoquer (z’y va, crâne de mort, sors de là bouffon d’ta rom !) ou attirer par des petits bouts de pains, comme je le craignais, il faut donc prévoir de passer la nuit avec des casse-couilles, enfin des infirmières, qui passent régulièrement pour voir si on a besoin d’elles… Eh ! Elles passent pour voir si on a besoin d’elles !? Tu es innocent et peu enclin à visiter les hôpitaux, tu ne sais donc pas forcément que Madame est sur un lit qui possède, au minimum, un bouton d’appel en cas de besoin ou d’urgence… Clairement là c’est fait exprès pour éviter des coûts exorbitants aux caisses maladies suisses : on rend le séjour de Madame le moins confortable possible, sans en avoir l’air, pour éviter qu’elle ne décide d’y rester (pour éviter de rentrer s’occuper des punks ou fuir son mari qui, bien que très classe, sympa et jovial, est un casse-couilles à ce qu’il paraît)… C’est moche et vil !

De la même manière, futur père, attends-toi à de nouvelles souffrances… Tu as déjà tout fait jusque-là comme nous l’avions dit, laissant à Madame juste la grossesse et l’accouchement, et là c’est Madame qui dort sur le lit, et toi sur un pauvre fauteuil au design pourrave, au confort digne d’un camp nord-coréen et à la couleur urine artificielle de ragondin joufflu… Nuit en morse : peu de sommeil de mauvaise qualité et phases de réveil tête au fin fond du c… Au matin les blanches apportent un petit déjeuner pour Madame… Une nouvelle fois, tu peux claquer la gueule ouverte, tu n’auras rien à manger ou à boire ! Remarque, vu où tu as la tête, et ton haleine de renard, tu viens de décider de ne pas manger ou boire tout de suite !

Au profit d’un examen gynécologique – auquel je ne pense pas devoir absolument assister – j’exploite une minute d’inattention de Madame pour descendre à la cafét de l’hôpital. Le menu n’a pas l’air pas trop mal, ce qui est moyennement surprenant, vu le prix de la journée sur place, mais une micro ligne, tout en bas, écrite en fonte taille 0,0002, attire mon attention… Elle indique que le menu n’est dispo qu’en semaine… Donc je prends ce qui est disponible : une pauvre salade et un petit ballon avec un bout de fromage.

En repartant pour retrouver Madame, je veux prendre une barre chocolatée, enfin un snickers, et mets des pièces dans la machine… La tringle métallique tourne, tourne, tourne, le snickers avance, commence à tomber et… S’immobilise !!! Le Père est une force de la nature et a une brève hésitation… Il renonce finalement de justesse à défoncer la devanture de l’appareil à coup de poing ou pied, juste par acquit de conscience et pour se détendre… Au lieu de cela, maturité et zénitude incarnées, il va demander, sans hurler, à une employée locale de l’aide… Il finit par avoir sa dose de sucre, la machine ignore qu’elle est passée à un écrou de mourir dans d’atroces souffrances pour terminer revendu au poids par un rom ou un malgache trafiquant de métaux !   

Les choses n’avancent pas trop dans la chambre de Madame… Numéro 6 n’est pas pressé de découvrir le monde ou de se voir confirmer que tout le bruit qu’il a entendu depuis le ventre de sa mère était pas mal atténué par le susmentionné bide ! Il est décidé de passer en salle d’accouchement en début d’après-midi pour accélérer les choses et lui signifier que, ça va aller pour les caprices, on n’a pas que ça à faire, il faut sortir, merde à la fin ! En plus la gynéco part en vacances le lendemain, il faut qu’il sorte ! Madame râle : elle voulait qu’il naisse un jour impair… Le Père, fin connaisseur de la pensée humaine, ne fait aucun commentaire malgré une puissante envie…

Enième contrôle, j’ai presque envie de dire à Madame que même le Multiple Purpose Punk Transporter MPPT, qui est une daube mécanique sur roulettes fait par un ingénieur allemand alcoolique dépressif qui voulait ternir l’image d’exactitude et de qualité du pays et de la marque, n’a pas besoin d’autant de contrôles, mais, une fois n’est pas coutume, la perspicacité et la délicatesse du Père – ou son instinct de survie, c’est selon – lui sauvent la vie et ma remarque reste mentale…

La salle d’accouchement ressemble… à une salle d’accouchement ! Ballon et baignoire dans un coin, lit pour accoucher et pas mal de merdier médical qui ne sert à rien… Si, si, ça ne sert à rien : demandez à Madame, c’est encore elle qui a dû pousser et tout faire !

Comme d’habitude, rien n’est prévu pour le véritable héros de la journée : Le Père qui doit supporter l’attente, qu’on ne s’occupe pas plus de lui que d’un pauvre caleçon sale et troué, la faim, la soif,… Pendant que Madame a tout ce qu’elle veut et ne doit que se concentrer sur sa respiration… Décidément, pour un hôpital de ce niveau ou cette renommée, je trouve surprenant qu’ils aient des chaises ou fauteuil de merde partout ! C’est à se demander s’ils ne font pas exprès !?

Là aussi c’est une des grandes arnaques du féminisme actuel !!! Si tu te plains de quoi que ce soit, même si c’est parfaitement légitime, comme lorsque tu rentres d’une course de plus de 50km dans les montagnes avec pluie, entorse, cloques et nature hostile et que tu émets une simple plainte légère, mais ô combien légitime, malgré le fait que tu te sentes comme un fonds de toilettes d’une autoroute Kirghiz après le passage d’un bus de prisonniers lépreux, Madame va te dire : oui, ben moi j’ai dû accoucher, ok ! J’en conclus lucidement deux choses :

1. Madame est égocentrique et ramène toujours tout à elle ou à son accouchement, même la souffrance des autres !

2. Qu’est ce qui est le plus dur : marcher / courir 50km ou plus, avec du dénivelé, de la caillasse, de la neige, des intempéries et les blessures ou rester allongé dans un lit à se concentrer sur sa manière de respirer en attendant que junior veuille bien daigner sortir ?! Je réserve mon jugement pour ne pas m’attirer de nouvelles lettres d’insultes, mais le futur père comprendra !

Après 5 punks, la gynéco fait quasiment partie de la famille et nous doit sa baraque, la piscine qui est devant, des voitures, des bijoux et les études à Harvard ou Yale pour ses 4 filles… Oui, j’ai oublié cette partie drôle : la gynéco de Madame a eu des jumelles… 2 fois ! Eheheheheheh ! Désolé, ça me fait toujours rire d’imaginer la vie avec 2 fois 2 jumelles ! Là je pense que même en Europe tu as le droit d’en noyer une ou deux…

Madame a mal, respire, se concentre. Il ne faut pas lui parler, éviter de ne rien dire, ne pas lire et ne pas être où on est… En plus de ne pas servir à grand-chose ! Tu l’auras compris, futur père, l’accouchement va te faire perdre du temps… Parfois beaucoup de temps ! Mais ton absence risque coûter plus cher en divorce que la perte de temps et l’inconfort… Tu dois donc y être, sauf à trouver une très, très, très, très bonne excuse… Ok, j’ai été présent à 6 accouchements et suis beaucoup plus créatif que toi en excuses à la con, donc évite d’entretenir l’espoir de pouvoir y couper et concentre-toi !

Je sors le temps d’un nouveau contrôle et profite de cet entracte pour contacter mon beau-père… Junior n’est toujours pas en vue et je ne suis pas sûr de quand je vais pouvoir rentrer voir les punks un moment… La Blonde sort de plus de 20h de garde punkale et je crains pour sa santé mentale et physique…

Retour sur le champ de bataille… Madame essaie de gérer mais souffre… Une nouvelle mention pour la médecine : pas foutu de trouver la maladie qu’on a et pas foutu de soulager les femmes qui accouchent pourtant depuis quelques années, à priori ! Il faut reconnaître, à la décharge du personnel médical, que Madame a choisi de se la jouer old school : sans péridurale, juste en mordant dans un bâton et avec des boules Quiès pour Le Père…

Je vais te passer les détails, mais il faut quand même t’attendre à pas mal de bruit, les femmes ne gérant pas trop la douleur (est-ce que je gueule pendant un trail, moi !?) ou aimant se faire remarquer (à toi de choisir ce qui est le plus adapté à la situation). Numéro 6 finit par sortir, un peu rouge et fâché comme un squatteur en situation irrégulière, lui aussi se met à gueuler ! J’hésite à gueuler aussi, histoire de ne pas être venu pour rien… Normalement, à ce moment-là Madame réalise que, finalement, ce n’était pas si terrible et arrête de crier pour pleurer… Va comprendre les femmes ! Il s’avère que junior n’est pas fâché d’avoir été expulsé, mais a probablement un peu la dalle ! La vie d’un môme étant réparti équitablement entre dormir, bouffer et remplir sa couche, si couche il y a (ce que je ne saurais trop conseiller !).

Je reste un moment avec Madame et quand tout va bien et que les formalités administratives habituelles ont été réalisées : couper le cordon, suivre la pédiatre qui pèse et mesure junior, donner son prénom pour son petit bracelet (histoire de ne pas se le faire piquer par quelqu’un qui en a fait un moins beau ou a fait sa 8ème nana et n’en peut plus), quelques photos et fournir toutes les informations à Madame, dont la gynéco s’occupe pendant ce temps, et qui stresse déjà de l’absence de junior. Puis Le Père repart en courant avant même qu’elle soit rentrée dans sa chambre pour aller coucher les punks.

Malgré ce qu’on paie, le parking n’est pas gratuit ! Vu le temps que je suis resté garé, j’hésite à laisser la voiture de la Blonde et rentrer en courant, y mettre le feu ou défoncer la barrière… Heureusement, la dame de la réception m’indique que le premier jour est offert en cas d’accouchement !

Je libère beau-papa dès mon arrivée, m’excusant qu’il ait fait le trajet pour peu de temps… La Blonde part à sa soirée (ayant douché tous les punks, sans taser ou flashball : un exploit !) et je couche tout le monde. Elle revient plus tard pour dormir à la maison, souhaitant faire partie du premier voyage pour aller voir la merveille à l’hôpital. La réalité est qu’il est impossible d’aller à l’hôpital seul avec 5 punks dans une chambre avec un nouveau-né… Il y a des malades et des gens qui se reposent dans un hôpital et je ne veux pas leur imposer ça ou qu’un patient nous fasse expulser par la sécurité ! Je vois Madame 5 minutes avant de devoir partir en courant après numéro 5 qui rigole et crie, étonnamment vif malgré ses petite pattes…


Pour calmer numéro 5 pendant que les grands profitent de leur mère, je descends voir l’aquarium, suivi par numéro 3 et 4… Qui se collent devant la télé de la pédiatrie pendant que je porte junior et fais 39 fois le tour de l’aquarium.

Après 17 fugues de numéro 5, je décide de partir et promets à Madame que nous serons de retour l’après-midi… sans la Blonde, histoire de tester mon humour et ma résistance face aux provocations punkesques !

A ce stade, faisons une pause bien méritée dans la narration pour se reposer un brin… Et en garder un peu pour une chronique prochaine !

Dormez, vous avez l’air fatigué et la semaine n’est pas finie !

vendredi 10 mars 2017

Matinale 10.03.2017 - A star is born... again !!!

Ami de la nuit et du weekend, bonjour !

Hormis la gloire et la célébrité liées à son statut d'écrivain mythique de block buster, Le Père consacre du temps à essayer d'aider Madame avec son site internet destiné aux familles nombreuses... C'est aussi pour toi, futur père ingrat ! 

Contacté par la RTS pour faire une émission sur les véhicules des familles nombreuses, dans le cadre du salon de l'auto, nous avons naturellement accepté espérant que la RTS jouerait le jeu et mettrais au moins un lien pour le site de Madame...

Nous en avons été pour nos frais, RTS ayant omis de mettre le lien, c'est donc au Père qu'incombe la lourde tâche de propager cette vidéo... à ses risques et périls et au dépend de sa réputation et de son égo démesuré...


Bon weekend et reposez-vous !




mercredi 22 février 2017

83 - Vivement les vacances !


Amis de la médecine et des pharma, bonsoir !

Chère lecteuse, cher lecteur, c’est avec plaisir que tu me retrouves… C’est bien normal, ça fait souvent ça… Mais modère ton bonheur : Le Père est dans un état critique !

Oui, la triste réalité est que je suis très malade… L’horreur, le drame, la douleur et le calvaire…

J’ai chopé un rhume accompagné de douleurs aux sinus et à la tronche (appelés techniquement : maux de tronche) qui font la joie des producteurs de mouchoirs et tampons hygiéniques (aussi efficaces, bien que très légèrement moins classe, surtout avec le fil qui pendouille…).

Ai-je besoin de dire que c’est de la faute des punks ?

A la suite des dernières péripéties familiales, nous ne nous attendions pas à passer une période de quiétude bien méritée… Nous ne fûmes pas déçus ! Catastrophes sanitaires, drôleries et virus en tout genre continuent à s’abattre sur notre humble demeure, comme la petite vérole sur le bas clergé…

Nous avons pu soigner tout le monde et le cours de la vie à quasiment repris son court paisible… Enfin ses remous brutaux, mais habituels… Les grands rentrent de chez les grands-parents et l’école reprend avec tout le monde plus ou moins valide… Nous nous reposerons quand nous serons morts !

Le lundi soir, numéro 2 est endormi quand je rentre ! Ca ne te semble pas exceptionnel, naïf futur papa, mais c’est celui qui s’endort vers 22h tous les soirs et là il n’est que 19h… Il a de la fièvre, mais survit dignement. Je monte et reprends sa température.

          Combien ? me dit-il d’une petite voix.
          39.5C d’un côté et 40C de l’autre…
          Ah… ça fait une moyenne de 39.75°C, je suis malade.

Ok, il n’est pas délirant et va toujours bien : il fait encore des maths !

Junior chope une semaine de domicile et a la générosité de ne pas repasser sa maladie à ses frères ou sœur… Nous apprécions cet égoïsme viral à sa juste valeur !

Donc la vie continue, presque normalement… Numéro 5 a régulièrement des délicatesses intestinales pour nous et doit être douché de temps à autre… Jeune et innocent futur père idéaliste, tu crois que ton fils sentira toujours bon, qu’il sera tout rose et souriant…

Ehehehehehehe ! Sérieux, je ne veux pas faire le contraceptif dubitatif, mais la réalité c’est : il sent une partie du temps plus que le champ du voisin, après épandage de 6 mètres cube de fumier tout chaud coupé au lisier de goret jaune, renifle, se mouche dans ton tee-shirt fétiche, se frotte le nez avec sa manche, quand la tienne n’est pas disponible, mange de la terre, des cailloux, du sable, des crottes de lapin (c’est du vécu !), des craies, du papier, hurle, pleure…

Oui, avoir un môme est génial. Youpi.

Ne te jette pas d’un pont, père putatif et dépressif, il y a aussi un ou deux point moins négatifs…

Les autres punks sont rétablis… Ils ont à nouveau l’énergie de se battre, de s’insulter à temps complet ou de déranger et salir notre humble demeure, ce qui est un soulagement ! Mais comme ils sont à nouveau valides, on a moins de complexes à les insulter vertement, utiliser le flash Ball pour les calmer ou à hurler dessus, ce qui ne sert à rien, mais nous soulage parfois… ou pas !



Madame se laisse pousser le bide… enfin, le terme approchant, il devient compliqué de faire comme s’il n’y avait rien… Le Père se laisse pousser le bide par solidarité et parce qu’il a un peu du mal à courir quand il fait -12°C ou qu’il pleut, quand il est malade à cause des punks ou que les punks sont malades et qu’il faut les surveiller, les soigner, changer les draps…

Eh, Oh, futur père ! Ca va ! Pipeau mollo ! Que celui qui court tous les soirs en ayant 5,99 enfants me jette la première basket (et attention à la riposte, si tu chausses du 32, jeune père sportif, une Trabuco en 49 peut te faire bénéficier des services d’urgences et assouvir tes fantasmes d’infirmières et de repos sédaté…)!

Bon, le monde va de mieux en mieux autour des punks : l’ébouriffé fait tout pour devenir plus populaire au niveau mondial que Le Père vis-à-vis du SPJ, les Mexicains et les médias l’aiment déjà, la rougeole est de retour (ça te fait marrer, lecteur adoré et jovial, mais les parents un peu moins…), on a trouvé un Gecko qui peut perdre sa peau et ses écailles pour échapper à un prédateur : tout fout le camp !!! Heureusement, dans ce monde de brutes sanguinaires et de désolation, deux nouvelles allègent ton cœur lourd : les chants du président Turkmène et les chroniques du Père…  

Tu peux donc poursuivre la lutte et n’a nul besoin de te jeter dans le lac ou dans une crevasse, la vie est belle et les oiseaux brillent !

Madame est coutumière de la moquerie et du quolibet vis-à-vis du Père ou des hommes en général… Donc lorsqu’elle m’annonce par message qu’elle est tombée, je suis inquiet temporairement, jusqu’à ce qu’elle m’annonce que tout va bien et qu’elle s’est seulement tordue la cheville et a du mal à marcher…

Ok, elle n’a pas l’expérience du Père en entorses… Le Père est une sorte de référence internationale en la matière, cité dans les manuels médicaux, même avant ses écrits porteurs d’espoir et de classe !

Sa doctoresse (sa gynéco en fait, elle n’est normalement pas malade et ne veut jamais aller consulter par croyance religieuse ou fierté -donc ça dure souvent assez longtemps, les rares fois où elle est malade- et n’a donc pas de docteur qui la suive) lui recommande d’aller consulter et de faire une radio…

Je lui dis : Aircast, glace et cheville en hauteur. Elle va quand même consulter, se fait engueuler et doit y retourner le lendemain…

Eh… Alors ok, je veux bien que, monter sur une chaise Ikea, qui tient comme le dentier de feu ma grand-mère (avec un peu de colle et pas mal de chance) qui a été montée par des petits Chinois affamés (qui n’ont aucune fierté professionnelle et font un travail assez moyen, les feignants !), à 11 mois de grossesse… Je ne vais pas commenter pour la paix des ménages et te laisse juge, lecteur malin et observateur… On parle d’une chaise qui, en temps normal, supporte un enfant ghanéen rachitique quasiment sans craquement suspect, mais guère plus…

Mais alors, se faire engueuler par un docteur, qui plus est n’ayant pas assisté à la scène et ne nous connait pas… Je dis qu’il y a des coups de Morgenstern (le modèle avec un logo peace & love ou Hello Kitty gravé sur le manche) qui se perdent !!!! Sérieux, il a fait un peu d’étude et ne tue pas des gens tous les jours et se permet donc de juger ses patients qu’il ne soigne que par hasard !? Oh ! On est où là !

La saloperie de Multiple Purpose Punk Transporter est un automatique et c’est la cheville qui ne sert pas, donc pas de contre-indication officielle à la conduite… Dans ma prime jeunesse (non, pas à l’époque de la télé en noir et blanc, lecteur impudent et malhonnête !) je suis revenu du fin fond de la Suisse-allemande en voiture, avec une splendide entorse, conduisant feu la Golf I de mes parents sans en faire tout un flan… Je prendrai 5 minutes un jour pour te raconter la triste mort de feu la Golf I de mes parents (si, si, contrairement à Dieu, Le Père, bien qu’exceptionnel, a des parents…), d’ailleurs, lecteur attentif !

Donc je regarde, à mon retour, la cheville un peu gonflée, sans déchirure partielle (pas de traces noires, rouges ou bleutées), repos, Aircast et glace.

Madame écoute son médecin (c’est bien la première fois !? C’est l’âge ou la grossesse ? Lui poser la question, elle ne peut de toute façon pas courir…) et me demande de passer prendre des béquilles à la pharmacie… Je ne lui dis pas que ça va servir à rien, il y a des combats qui ne valent pas la peine d’être menés…

Je garde sa souffrance pour la prochaine fois qu’elle ose se moquer de mon état lorsque je suis malade… Je peux me moquer : au moment de l’entorse no 17, au km 47 de l’Ultra Trail de l’Eiger, j’ai continué jusqu’au km 54, le ravitaillement du milieu de course, et voulais continuer…

Oui, bêtement, mais je me suis quand même tapé 7km de terrain, pas plat et avec des cailloux et racines, en descente, sans béquille… Avant qu’un médecin (vous noterez qu’il y a un rabat-joie casse-c… pieds qui ruine la journée avec une décision péremptoire ou une remarque miséreuse et que, comme par hasard, c’est encore un médecin ! Je ne l’invente pas quand même !) n’arrache ma puce, décrétant que ma course est finie…

Oui, je sais, je suis une immense flaque d’urine de moujik alcoolique… Une nouvelle fois, je ne prends de reproches et quolibets que de ceux qui ont fini cette course… et peuvent encaisser un coup de taser…

Madame étant handicapée, c’est le drame (encore) ! Le Père doit faire encore plus…

Bon, là aussi, jeune père, si Madame est enceinte et qu’elle décide de repeindre une pièce, ta voiture ou la maison, laisse faire ! Si elle change les pièces, range, nettoie, vide les armoires, remplit des sacs poubelle… Laisse faire ! Tu ne peux rien contre et elle est enceinte…

Dans l’échelle des animaux agressifs et à ne pas trop emmerder il y a : le tigre hirsute de mauvais poil, le requin blanc avec une rage de dent et mal luné et, bien au-dessus, la femme enceinte ! Laisse tomber, pour ton calme et éviter une mort lente et douloureuse…

Le Bus a été réparé (CHF 2’000, quand même), il consomme donc toujours autant d’huile qu’avant la réparation, ce que VW trouve normal… En plus il nous nargue : il allume un signal indiquant qu’il faut faire le service ! Vais emmener les punks uriner sur la devanture du siège de Volkswagen en attendant qu’ils soient assez vieux pour aller saccager une ou deux agences du groupe…

La date étant proche, numéro 5 a changé de chambre et partage celle de sa grande sœur qui est descendue d’un étage pour l’occasion… Numéro 2 héberge numéro 4 dans sa chambre, numéro 3 dort mieux (quand il veut bien ne pas se relever pour ranger ou jouer, le bougre de borné – ça doit venir du côté maternel…) depuis qu’il est tout seul et tout est pour le mieux dans le meilleur des monde…

Ahahahaaahaahahahahahaaaaaaaa !

Faits : numéro 4 dort à peu près… Numéro 3 se couche souvent beaucoup plus tard, sauf quand il est vraiment épuisé… Ou que je remonte pour gueuler comme un putois 2-3 fois de suite !

Je remonte un soir, après plusieurs bruits suspects (faisant du pain et m’amusant avec un lave-vaisselle, je n’avais pas tendu l’oreille avant…) à minuit… Il me regarde avec un grand sourire, du fond de son lit… Je soupire et lui fait remarquer qu’il est tard, merde à la fin !

Elle est bien rangée ma chambre, hein !?

Là tu réalises que tu lui as dit que si les chambres n’étaient pas rangées le lendemain à midi, personne n’irait au cinéma… Voilà… Donc il n’a pas dormi et rangé sa chambre… Et joué, naturellement.

Sinon numéro 5 ne dort pas avant 22h, quasiment systématiquement, nous obligeant à coucher ma nana dans notre lit pour la changer de lit en court de nuit (super sympa et pratique)… Bon, bien qu’étant un surhomme, Le Père est conscient de ses capacités… Ma petite nana mesure plus d’1,50m et je ne peux plus la porter en faisant le malin. Il faut la faire bouger, à moitié endormie, sans qu’elle ne se réveille ou réveille numéro 5 qui serait reparti pour 2 heures de fiesta nocturne…

Nouveau passage au cinéma… Batman version lego… Sentiment affligeant d’effondrement à l’idée de ce qu’on paie pour un film pareil ! Pas humain, mais les punks semblent apprécier.

Dernière semaine de classe avant les vacances. Avec la naissance qui approche, les choses vont devenir vraiment sportives !

Numéro 2 a fini par nous avoir à l’usure : je contacte la Foulée Glandoise, enfin la mini Foulée, pour les supplier de le laisser courir… Ils me font remarquer que c’est pour les enfants dès 10 ans, mais sont prêts à le laisser essayer pour voir. Junior est aux anges !

Première sortie de 5,5 km, il court tout le long et cause aussi tout le temps. Le coach est conquis ! En plus il court avec ses chaussures de ville et sans matos particulier, il va falloir changer ça.

Numéro 5 fait toujours le clown, pour faire rire ses frères et sa sœur… Il fait Kevin sur le canapé… Ben, Kevin quoi ?!

Ok, jeune père en devenir, tu es trop jeune, mais tu dois connaitre tes classiques et les films d’auteurs pour survivre dans cette chronique ! Les punks regardent de temps à autre des émissions culturelles et des films engagés… Ils ont regardé Maman j’ai raté l’avion et, lorsqu’elle apprend qu’elle a oublié son fils, la mère de Kevin tombe dans les pommes en criant le nom de son fils. Numéro 4 fait la même chose, se laissant tomber en arrière sur le canapé depuis l’accoudoir. Ce que reproduit numéro 5 avec délectation, malgré l’avis nuancé de ses parents sur le sujet…

Naturellement il tombe du canapé, amortissant heureusement sa chute sur le carrelage avec sa tête ! Je le trouve sur les genoux de sa mère à mon retour… Pas de vomissement, calme et fatigué, mais pas bizarre, même s’il ne mange pas ce soir-là. Endormi dès qu’on le couche à 19h20, nous nous engageons à le réveiller 3h plus tard, quand je rentre d’une sortie en rase campagne à la frontale.

A mon retour, junior m’attend dans son lit. Il s’est levé, a mangé et attend que je lui fasse un bisou pour dormir ! Donc tout va bien ! Il se lève le lendemain sans séquelles et en pleine forme… Plus de peur que de mal, ce qui prouve s’il était besoin, que ça se recolle vraiment bien à cet âge-là !

Bon, lecteur chéri et sensible, ne sois pas triste, je vais revenir ! En plus avec la naissance qui approche, il est fort possible que j’aie bientôt des nouvelles aventures à relater !

Reposez-vous ! Profitez de vos vacances pour ceux qui en ont et désolé pour les autres !

jeudi 16 février 2017

Matinale - 16.02.2017

Petite promenade en actualité palpitante... pour changer des joies de la campagne présidentielle française et te détendre avant le weekend, lecteur fatigué ! Tu vas vite réaliser que finalement, pour bien rire il ne faut pas aller bien loin et un simple regard sur l'actualité peu aider !

Un fonctionnaire des impôts neuchâtelois a détourné 4 millions en 15 ans, trois policiers français ont... comment dire... Ah, oui, ce n'est pas un viol, actuellement il y a présomption d'accident...

Bref comme disait Coluche : les voleurs font se qu'ils peuvent, malheureusement les policiers courent toujours ! (Je défends normalement assez aisément les forces de l'ordre, jusqu'à preuve formelle du contraire... Bon, là c'est assez compliqué quand même !). Pis faut être cohérent : tu ne peux pas être contre le mariage pour tous et cautionner une matraque dans le... enfin faut être cohérent ! Et comme dit un pote, porté sur la culture grecque et la musique médiévale au clavecin : une matraque dans le Fillon, après ce qu'il a déjà pris depuis le pénélope gate, ça fait beaucoup ! 

La saisons des banques a repris : BCV bénéfice en repli, BCF bénéfice de 123,7mn, BCN bon bénéfice, UBS inculpée pour harcèlement moral en France, Credit Suisse qui vire plus de 5'500 personne... En ligne avec les attentes !

Eh, UBS... Eheheheheheh ! C'est quand même les idiots de la classe, non ? Tout le monde se fait choper pour aide à l'évasion fiscale ou chope une amende de quelques milliards... Eux ils se font choper pour harcèlement de lanceur d'alerte... La honte ! Savent même pas voler ou mentir comme les autres banques !

Un religieux pédophile confesse avoir de la peine à se supporter... La victime appréciera !

Après VW, le prochain scandale pourrait venir des poids lourds... Forcément, les US perdent de l'argent et cherchent des solutions qui ont fait leur preuve... A qui le tour ?

Comme tout bon vendeur, je garde les deux meilleures pour la fin :

1. Kim Jung Nam s'est fait assassiner devant les caméras d'un aéroport... Son frère est effondré et parle de lancer 2-3 missiles balistiques pour fêter ça ! Enfin en signe de tristesse... Vu de chez nous, ça paraît pas cool de flinguer ou empoisonner ton frère, mais il ne faut pas oublier que, chez les dictateurs, c'est assez courant comme coutume. Les sales habitudes ont la vie dure... Celui qui n'a jamais tué un frère ou un cousin peut lui jeter la première pierre, pour les autres, pipeau !

2. Le conseil fédéral a corrigé l'ordonnance concernant les exigences techniques pour les véhicules routiers, la sonnette et la selle ne sont plus obligatoires sur un vélo... Ok, pour faire plaisirs au plus éduqués de mes lecteurs je ne vais pas commenter cette partie de l'actualité et te dis... A bientôt !

lundi 6 février 2017

Matinale - 06.02.2017

Ami lecteur, fidèle de la première heure ou lecteur compulsif égaré, ton sens aigu de la déduction te l'a déjà susurré : j'ai survécu !!! 

Malgré 2 tentatives, Royal Air Maroc n'a toujours pas réussi à m'achever ou me faire disparaître dans un crash retentissant... Et, dans un sens, je les en remercie !

Je ne te cache pas, futur père et amateur de classe et de volupté, que mon plateau repas du premier vol ressemblait plus, au moment de soulever l'opercule, à l'intérieur de la couche de numéro 5, les odeurs en moins, qu'à une assiette gastronomique... Mais ça fait parti du jeu, et on n'est pas forcément obligé de manger...

Je voulais faire un peu d'humour sur la campagne des présidentielles françaises... Mais est-il vraiment nécessaire d'en rajouter pour faire rire ? Je serai le candidat de l'exemple ! Emploi fictif... Ehehehehehehe ! Le plus surprenant c'est que les gens vont probablement aller voter, pour élire quelqu'un par défaut, pour ne pas élire Le Pen, pour râler pendant 5 ans...

La Roumanie manifeste, le monde manifeste contre Trump (là, je ne te cache pas, lecteur adoré, un scepticisme teinté de peine... Personne ne manifeste contre Kim Jong Un, qui a aussi l'arme nucléaire et est aussi bien coiffé, mais on manifeste contre Trump qui n'a encore tué personne... OK, dans les deux cas ça sert à rien, mais ça aurait plus de gueule de s'attaquer à Kim !), il fait froid au Qatar, au Pakistan et en Afghanistan... La question se pose : où aller en vacances ?!

Bon, avec les voyages en Afrique, bientôt 6 enfants, je ne risque pas être accepté aux USA demain... surtout maintenant qu'ils regardent nos comptes Facebook et autre : là je vais finir en taule dans le meilleur des cas !

Dormez et reposez-vous : une semaine commence et elle ne sera pas forcément simple !


samedi 28 janvier 2017

Matinale (très !) - 28.01.2017

En live d'Abidjan, en attendant d'aller risquer doublement ma vie dans un avion d'une compagnie moisie : le vol en lui-même et le plateau repas...

Le monde vu d'ici est splendide... Moumoute a pris ses fonction en fanfare à la maison blanche ! C'est la fin du monde, tout va mal ! Bon ok, le marché est au plus haut, mais cela ne va pas durer !

Heureusement, il y a l'Europe ! Pour nous changer de tout ce qu'on reproche à notre ami blond à la coupe improbable (il a du faire fortune en faisant un procès à son coiffeur... compte-tenu de ce que donnent les tribunaux US en matière de compensation, ce n'est pas exclu !), l'Europe se distingue par sa probité !

A part Fillon... Et Le Pen ou le FN... et Macron... et... enfin on ne va pas lister tous les politiciens de France qui sont condamnés ou poursuivis : c'est juste un blog et pas un moteur de recherche...

Bon pour se détendre : numéro 2, HP, au téléphone : papa, j'ai eu 6 et 5,5 hier et 5 aujourd'hui ! Je le félicite... "Mais pour le 5, je n'ai pas travaillé !" Bon, je dois encore apprendre à junior à vendre ses performances et à ne pas se dénoncer lui-même !

Dormez-vite, je vais bientôt revenir et ça va masser !





jeudi 19 janvier 2017

82 - Mais bonne année !!!


Amis de la nuit et des moufles, bonsoir !

Après une brève prise médicamenteuse, le Père se remet presque aussi vite que les punks de sa semaine de diète/régime accéléré, illustrant si besoin était la célèbre maxime glaronnaise « anima sana in corpore sano » : une âme tordue dans un corps de fouine malingre et chétif mais résistant comme un sabot de mouflon valaisan…

Oui, le Glaronnais adore le latin, c’est de notoriété publique, autant que le politicien aime être réélu et l’étudiant tessinois les soirées, bourré comme une huître, qui finissent dans le vomi… Sauf que le Glaronnais a d’autres raisons d’être que la locution et le bon mot, contrairement au politicien ou à l’étudiant, c’est la raison pour laquelle on en parle si peu !

Tu es donc le plus heureux des fans, petit veinard, tu vas encore pouvoir lire les affres de la vie du Père Indigne quelque temps ! Youpi ! Attention tout de même de ne pas trop déborder d’enthousiasme ou te répandre en effusion et autres manifestations sentimentales déplacées : restons dignes que diable, Le Père est une star, mais doté d’une modestie de compétition !

Après Morat-Fribourg et les vacances, l’école est revenue nous débarrasser des punks une partie de la journée… Madame a repris un remplacement, à Nyon, et c’est donc souvent le Père qui gère – avec brio, est-il besoin de le préciser ! – les punks pour certains repas… En même temps, Madame est là tous les soirs et certains matins, ils ont donc 1-2 vrais repas chaque jour…

Je rigole, ils ont même été des fois à l’heure à l’école !

Un week-end, pour contenter tout le monde, le Père part avec 1, 2, 3 et 4 rejoindre ses parents en Valais aux bains de Lavey… Je suis prêt pour une période tendue, surtout que j’ai dit à la Reine Mère que je préférais éviter le repas de midi, n’ayant pas la patience, en raison de mes enfants trop nombreux et mal élevés couplés à mon père qui ne supporte rien… Mon père me fait une remarque, mais presque en forme d’aveu, nous rentrons dans la piscine sans accrochage ou tacle majeur.

L’eau est très chaude, les punks sont aux anges, il faut les surveiller et essayer de ménager ma mère qui n’est pas au mieux depuis sa seconde opération du dos. Ca trempe et profite des virus et autres mycoses locales. Nous avons équipé les 2 plus jeunes de brassards, histoire de ne pas avoir besoin d’aller les chercher au fond du bassin et pour gagner du temps : on les retrouve plus facilement en surface et les brassards sont de couleur pétante !

Nous douchons quelques punks et rhabillons tout le monde. Gaufres – budget de deux pays du Sahel – bisous aux grands-parents, presque sans avoir à menacer les punks, et nous repartons.

Plusieurs punks profitent lâchement du trajet de retour pour dormir… Tu pourrais trouver ça mignon, si tu n’avais pas d’enfant, mais ton expérience ou tes gènes te font tout de suite comprendre que ça va masser sa race à un moment ou à un autre !

Enfant qui dort en voiture, enfant qui ne dort pas le soir, comme disent les moines Bonzes (les petits chauves en poncho orange qui font du karaté chez les Chinois…).

Lorsque numéro 3 demande à aller se coucher, le lendemain soir, suivi par numéro 4, Le Père réalise tout de suite qu’il y a couille sous roche ! Ok, ils ont mal dormi et le premier jour de classe fait mal, mais je n’y crois pas, ça cache quelque chose ! Lendemain matin, numéro 3 part à l’école, rien à signaler…

Retour de l’école, numéro 3 est bouillant, amorphe, allongé sur le canapé… Bon, je ne vais pas te mentir, sympathique futur père de famille nombreuse, à ce stade, tu sais déjà comment ça va finir : 2 à 5 malades, des conditions sanitaires critiques, dignes d’un home pour personnes âgées en période de grippe ou de canicule, probablement les adultes qui morflent 3 fois plus… Le Père se réjouit !

Numéro 3 pleure car il ne peut pas manger et parle peu du fait des douleurs dans la bouche… Il fait peine à voir et je le couche vite.

Madame est de sortie, mardi soir ! Oui, Le Père est d’une bonté et d’un progressisme à faire rougir les gauchistes français ! Donc Madame est dehors, Le Père envisage de se vautrer sur le canapé, regardant un film d’auteur (L’arme Fatale 3 ou Inglourious Basterds) avec une bière et des chips, en se grattant les parties basses…
- Bill Watterson, ça n'a rien à voir, mais j'aime bien... -

Enfin ça, ce sera quand il aura : fini la pâte pour le pain de demain matin (et cuit le susmentionné pain), vidé et rerempli le lave-vaisselle, rangé une pile de daube qui décore l’îlot le faisant ressembler à une miniature d’un bidonville après bombardement, fait les paiements pour le mois (en cours ou passé, ne soit pas si guindé et formel, futur père !) et recouché et/ou insulté copieusement les punks qui ne dorment toujours pas, merde à la fin !

Rien qu’à l’énoncé, ça sent la soirée bien moisie, comme une croûte d’époisses abandonnée depuis 6 mois au soleil ! Et effectivement…

Numéro 5 pleure. Je monte naïvement pour voir… Il est bouillant… Et se vomit dessus… Pas de gastro, mais quand junior pleure ou renifle, il aime te faire participer à son bonheur en pleurant et vomissant. Tu ne peux pas comprendre, jeune lecteur égoïste, toi tu gardes tes sensations et émotions pour toi… Lui partage, c’est mieux, c’est convivial !

Message à Madame et je commence les exercices escaliers… Monter et descendre 12 fois par demi-heure, en essayant de continuer à faire tout ce que je devais faire sans ça. Junior ne comprend pas, comme les autres enfants d’ailleurs, que le monde ne tourne pas uniquement autour de lui et que je peux avoir autre chose à faire que d’aller le voir et le rassurer…

Quand Madame rentre, je n’ai toujours pas pu me coucher, malgré la fatigue, et continue à aller voir junior régulièrement jusqu’à 4h du matin, heure à laquelle je lui dis que je n’en peux plus et qu’il va se débrouiller tout seul quelques heures ! Je suis content, j’avais dit que j’allais me coucher à 22h45…

Le punk est joueur et titille le pédiatre depuis une décennie déjà ! Il a donc mis en place tout ce qu’il faut pour continuer à enrichir notre voisin et néanmoins pédiatre, tout en s’acharnant sur le maigre portefeuille du Père ! Je pense qu’il se fait bâtir tout au moins un château en Dordogne ou dans la Loire, pour que sa nouvelle richesse ne fasse pas trop mal au Père…

Après 3 jours de fièvre, visite en groupe chez le pédiatre pour 3 et 5. Les punks ont encore réussi un exploit : angine à streptocoques et staphylocoques, numéro 3, qui voulait faire mieux que les autres, ajoute aussi une stomatite aphteuse (les douleurs dans la bouche) et gingivite…

Numéro 4 commence la fièvre le lendemain et nous atteignons le seuil épidémie : 60 % des punks sont malades, il a fallu changer 2 fois numéro 5 et nous n’avons pas trop dormi… Tu noteras qu’il a attendu que Madame soit déjà allée chez le pédiatre et que l’on soit le weekend pour commencer à être malade, histoire de voir comment on allait réagir…

Madame passe par un médecin de garde… Pour rien ! Le médecin de garde, qui a normalement l’efficacité conjointe du marabout et d’un magazine de gonzesse (donc aucune utilité pour la première partie et des conseils à la con pour la seconde) fait le test pour les strepto, mais cela ne donne rien, car c’est trop tôt…

Quand tu sais ce que c’est à cause des deux autres et qu’ils sont tous les deux sous antibios, ça fatigue un peu, surtout au prix qu’on paie, de devoir attendre un jour de plus pour le mettre, lui aussi, sous les mêmes antibios, merde à la fin !

Le Père n’est donc pas mécontent d’aller risquer sa vie, une nouvelle fois, en prenant un vol bon marché pour l’Afrique pour échapper, lâchement certes, aux miasmes et râlements de punks.

De retour samedi, après une nuit de vols et d’attente interminable dans des aéroports pouilleux et 2h de mauvais sommeil, pour l’anniversaire de numéro 3, remis pour le moment de ses microbes et virus. Je suis content de profiter quelque temps de la présence du parrain de numéro 3 et de sa famille, parrain qui est aussi mon témoin de mariage et un très bon copain, accessoirement.

Pas de repos pour les braves : le lendemain ma belle-mère fête son anniversaire et nous sommes invités…

Une pièce est prévue pour les punks, dans une salle sise dans la pampa Broyeuse, car il y a des enfants en plus des nôtres, et ils disparaissent assez vite pour aller jouer…

Comme pas grand monde ne s’occupe d’eux, je jette de temps à autre un coup d’œil aux punks et donc mange à peine et passe mon temps à les surveiller… J’y suis contraint car, comme d’habitude, une salle a été prévue pour les punks avec l’arrière-pensée que, ainsi, ils seront calmes et joueront en écoutant de la musique classique ou du folklore moldave…

Beau-papa n’est pas très content quand 3 et 4 rentrent avec bottes et boue de leur visite à la place de jeux adjacente… Je branche un lecteur de DVD portatif pour qu’ils ne s’ennuient pas comme des ragondins décédés, puisque personne ne joue avec eux et qu’ils ne savent pas jouer ensemble… Enfin, pas sans lancer numéro 4, hurler, salir, casser ou se blesser…

La prochaine fois, je laisse Madame y aller toute seule et emmène les punks au ciné, au moins je peux essayer de roupiller un peu, ou pour le moins rester tranquille presque 2h ! Si j’avais fait des enfants pour m’en occuper, ça se saurait et personne ne s’occupe jamais des enfants dans ces cas-là, de toute façon !

La semaine reprend tranquillement… mais avant de repartir courir, la frontale au vent, dans la nuit froide et menaçante, repose-toi, hardi lecteur et jeune père innocent, car la vie de père de famille nombreuse te réserve encore moultes épreuves !

Semaine de vacances de Noël avec des activités pour les punks : sport : à Urbakids, à Orbe, partenaire de Madame, pour les laisser courir, sauter, grimper et transpirer, culture : cinéma pour les 4 grands qui voient Vaiana à Nyon, re sport : balade de plus d’une heure dans la région (on ne sent plus les extrémités à la fin tellement ça caille, les 3/5ème des punks font la tête, le Père est gonflé, normal quoi !)…

Les vacances, c’est aussi le moment où les grands-parents en prennent parfois 1 ou 2… Un décès parmi les proches de mes parents font tomber à l’eau une opportunité de se débarrasser de punks… Le karma est vraiment contre nous !

Nous retrouvons mes parents, à la place, une nouvelle fois aux bains de Lavey. Eau chaude, champignons, verrues et dépense d’énergie au programme. Ça finit naturellement par des gaufres pour les punks (et le Père… Il faut quand même qu’il y ait quelques bénéfices à être le plus vieux !) à un prix qui me fait penser que le cuistot fait pousser le blé sur son balcon et l’écrase à la main pour faire de la farine bio… sachant que l’huile et le sucre (le peu qu’il en met le radin !) ne doivent pas non plus coûter une blinde !

Pour débuter le dernier weekend des vacances des punks, rien de tel qu’un peu de repos avant de reprendre l’école… Les punks sont presque tous guéris de la gastro… Oubliée l’angine à streptocoques et le staphylocoque de numéro 3, 4 et 5, les punks sont (enfin) en pleine forme !

Nous sommes délestés de numéro 1 et 2, par la grâce des grands-parents… Les vraies vacances débutent !

Eheheheheeeeeeeeeeee !!!

Je rigolais naturellement ! Tu l’auras compris, jeune père, c’est comme quand tu regardais l’Agence Tous Risques (ne fais pas le malin, jeune père malingre et chétif, bien que sympathique, même si tu n’étais pas né, tu devrais connaître, c’est de la culture avec un grand K !)… le plan ne se déroule jamais sans accrocs !!!

Le soir, nous constatons avec plaisir et bonheur que numéro 5 tape les 38C… En fin de soirée, il a atteint 39,4C d’un côté, 38,9C de l’autre… C’est vrai que ça faisait plus d’une semaine qu’il n’avait pas été malade ! La nuit et le weekend s’annoncent joyeux !

Tel l’amateur d’art moderne contemplant l’éclaboussure de vomi sur le mur en pensant qu’il s’agit de quelque performance de Moldévich ou le vomitophile moyen, tu te réjouis déjà de ce qui va venir et… tu as raison !

Le Père sort affronter le froid et la nuit à la frontale, la basket fugace et le morale haut… Je me dis que s’ils sont effectivement en train de tomber malades, mieux vaut prendre de l’avance dans mes sorties nocturnes… Rien de mieux que de perdre un orteil à cause du froid, sous une pluie fine et glacée, pour se divertir !

Ce n’est que vers 1h (oui, 13h du mat, en pleine nuit), Madame étant lâchement couchée, que j’entends la porte de numéro 3 s’ouvrir… Il va aux toilettes, avec la légèreté du T-Rex de Jurassic Parc : la télé vibre à l’étage du dessous et des cercles concentriques ondulent à la surface de mon coca zéro…

Je monte bêtement, en boitillant (je suis allé courir, tu te rappelles ?!) pour voir ce qui se passe et entends numéro 3 qui vomit !

Bon, à ce stade, est-il réellement encore nécessaire que je t’explique que, bien qu’aux toilettes, il n’est pas en train de vomir dans les toilettes, que nenni, mais simplement sur le carrelage, au milieu du chemin, devant et sur lui…

Junior a eu la classe d’éviter son lit, mais la présence d’esprit d’en mettre partout sur le palier et dans les toilettes (la pièce, pas la cuvette, te dis-je ! Reste concentré, lecteur avide !) pour m’occuper un peu, sentant que j’allais aller me coucher et étais fatigué… Délicate attention…

Je le nettoie un brin, il est transparent et ne bouge pas trop. Changement de pyj, nettoyage et ramassage de morceaux de vomi, histoire de te faire regretter si besoin était, d’avoir eu des enfants. Passage de serpillière et autre drôlerie sexy et amusante en pleine nuit.

Redescendu pour finir ma salade (c’est là que tu te dis que j’ai vraiment une vie de merde, aussi sexy que celle du Bernard l’Hermite à marée basse, lecteur attentif et à la vie trépidante… mais en fait j’aime la salade, ce n’est même pas un régime… Surtout que je vais finir mon repas par une demi plaque de chocolat, c’est te dire si le Père se soucie de sa ligne, enfin de sa courbe, comme d’une lingette sale (tu sais, le modèle employé pour torcher numéro 5, quand il chante « kikalecacacaki colléaucucu ! ») !), après 12 lavages de mains pour ôter cette délicieuse odeur et éviter les bactéries ou virus divers et variés…

Je profite, une nouvelle fois, de cet épisode culturel et poétique pour avoir une pensée émue – si ! si ! n’ayons pas peur des mots – pour notre sauveur à tous : Foulque-Kevin Sterilium pour son invention qui sauve des milliers de vies chaque jour et aide Le Père dans sa vie quotidienne et son combat contre les épidémies…

Naturellement, je ne finis pas mon film… Je me fais la réflexion que nous ne devons à Jean-Enguerrand Replay, l’inventeur de la fonction d’enregistrement éponyme que l’on trouve sur les box modernes (lui aussi père de famille nombreuse), son invention qu’à sa frustration de ne jamais pouvoir regarder un film ou une émission jusqu’à la fin… Qu’il soit remercié, où qu’il se trouve !

Bruits en haut, je ressors le seau et la serpillière et me tape un étage d’escalier pour la 8’000 fois de la journée, quasiment sans jurer… Je trouve junior sur les toilettes cette fois ! Toujours transparent, pas au top, bâillant et pleurant. Il a la courante et en a marre, voudrait dormir !

Changement de pantalon de pyjama (si, lecteur adoré et attentif, je me souviens bien que tu avais demandé à tout savoir, en détail, de la vie trépidante et glamour d’un père de famille nombreuse…), l’actuel étant décédé, et recouchage de numéro 3. Le Père se couche enfin, à 3h30 du mat, dormir c’est pour les faibles et les vieux !

Bon, les parents les moins naïfs l’ont déjà compris : nous avons un virus – il s’agit naturellement du « nous » royal, tu auras rectifié lecteur cultivé ! – et il est funestement probable que ça parte en vrille très vite…

Effectivement, numéro 5 redécore son lit 2 fois pour se calmer au moment où nous allions devoir devenir créatifs faute de draps… Ca ne sort plus par en haut… mais commence à sortir par en bas !

Alors je te fais grâce des MDDJD (Milieu Du Dos Jambe Droite) et autre NMDD (Nombril Milieu Du Dos), mais tu as l’image générale en tête : une douche par matin, avec junior qui montre du doigt les morceaux qui disparaissent dans le siphon en tremblant…

Inutile d’appeler le SPJ, que je salue, une fois encore pour son excellent travail, il ne tremble pas parce que je le douche à l’eau froide, nous ne sommes pas des bêtes tout de même !

Evidemment, comme tu te fais aussi gicler quand tu laves junior, futur père inexpérimenté, les douches froides ne t’amusent pas longtemps… Non, il tremble parce qu’il est malade, a de la fièvre et n’est pas motivé par les douches matinales…

Quand il ressent bon, et donc que tu l’aimes à nouveau – ne nous leurrons pas -, je l’habille et le redescends. Il a odeur humaine, à nouveau, mais fait peine à voir ! Effectivement, la température monte et il ne sourit plus.

Re-malades, les planètes semblent alignées pour un nouveau weekend de folie, nous sommes maudits des glandes… Que je te conterais bientôt, jeune lecteur impatient, dans une chronique splendide très prochainement à n’en pas douter !

Reposez-vous ! Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour moi !